L'Intelligence Artificielle pour lutter contre les infox. Lundi, Twitter a annoncé avoir acquis la start-up londonienne Fabula AI spécialisée dans l'apprentissage profond des graphes.

L'Intelligence Artificielle aura-t-elle raison des trolls et autres fausses informations diffusées en masse et à vitesse grand V sur Twitter ? En tout cas, la compagnie américaine a semble-t-il décidé de donner un grand coup de pied dans la fourmilière des conversations publiques sur son réseau social en annonçant, lundi, l'acquisition de la startup londonienne Fabula AI.

Fabula AI pour "améliorer la santé des conversations"

C'est par le biais d'un communiqué de presse via son compte Twitter Engineering que la société californienne a annoncé la nouvelle, non sans oublier de préciser que les équipes de recherche de Fabula AI et la technologie de l'apprentissage profond des graphes seront avant tout là pour "améliorer la santé des conversations sur Twitter."

En cause ? Les fausses informations qui pullulent sur un réseau public ouvert à tous, ou presque, et qui sont ensuite reprises à tort par des milliers d'utilisateurs, qu'ils soient des médias, des personnages publics ou même des anonymes. Sur le blog de l'entreprise, son Directeur technique Parag Agrawal explique même : "Cet investissement stratégique dans la recherche, la technologie et les talents en matière d'apprentissage profond sera un facteur clé pour aider les gens à se sentir en sécurité sur Twitter et leur permettre de voir les informations pertinentes. Et d'ajouter : Plus précisément, en étudiant et en comprenant le graphique Twitter, composé des millions de Tweets, Retweets et Likes partagés sur Twitter chaque jour, nous serons en mesure d'améliorer la santé de la conversation, ainsi que les produits incluant le calendrier, les recommandations, l'onglet explorer et l'expérience d'intégration."

Fabula AI, qu'est-ce que c'est ?

Fabula Ai détecte en effet la manipulation de réseau grâce à une Intelligence Artificielle brevetée et répondant au doux nom de Geometric Deep Learning. La petite entreprise anglaise atteint ainsi un taux de réussite de 93% dans la détection de fake news. Il va s'en dire qu'une telle avancée ne pouvait laisser insensible un mastodonte qui rêve de faire le ménage sur son réseau social et d'éliminer notamment tous les bots à l'origine de telles désinformations.

Avec Fabula AI, Twitter veut lutter contre les fake news avant les élections présidentielles américaines en 2020.

A l'heure des élections américaines en 2016, les fake news s'étaient ainsi répandues comme une traînée de poudre, plus rapidement d'ailleurs que les vaines tentatives pour les éliminer. Avec l'acquisition de Fabula AI, Twitter fait coup double en disposant d'une nouvelle technologie et en s'attachant les services d'une équipe de recherche de classe mondiale sur le sujet. Des talents qui rejoindront d'ailleurs chez Twitter le groupe Cortex qui a pour responsabilité de développer des solutions de machine learning pour le réseau social. Quant à Michael Bronstein, le fondateur de la startup anglaise, ce dernier pilotera les travaux sur l'apprentissage profond des graphes. De quoi sans doute lutter contre la diffusion de ces fake news ou infox quand la campagne présidentielle de 2020 aux Etats-Unis approche à grands pas.

D'abord attaché à améliorer la santé des conversations sur le réseau social, Fabula AI interviendra également dans un second temps sur l'amélioration des produits Twitter comme la timeline, les recommandations, l'onglet d'exploration ou encore l'expérience d'intégration. A voir si cela suffira à faire un grand ménage sur Twitter qui peine face à la concurrence et, notamment Facebook (326 millions d'utilisateurs actifs par mois contre 2,27 millards pour le second)...


blog comments powered by Disqus