Une intelligence artificielle générale... C'est le souhait de Microsoft qui s'est associé à OpenAI à hauteur d'un milliard de dollars pour développer cette IA du futur dans une quête humaniste.

L'information date du 22 juillet et elle a son importance dans l'univers de l'Intelligence Artificielle. Microsoft a ainsi décidé de soutenir OpenAI, l'entreprise fondée par le Sud-Africain Elon Musk, à hauteur de 1 milliard de dollars dans le cadre du développement d'une Intelligence Artificielle Générale.

AGI ou Artificial General Intelligence, qu'est-ce que c'est ?

Mais qu'est-ce que c'est au juste une Intelligence Artificielle Générale (Artificial General Intelligence ou AGI en anglais) ? Pour qualifier l'Intelligence Artificielle Générale, nous utilisons souvent le raccourci suivant : une IA forte. Une intelligence artificielle forte, à opposer bien sûr à l'IA faible que l'on pourrait restreindre à l'heure actuelle au machine learning et aux modèles algorithmiques couramment utilisés aujourd'hui par les entreprises dans un champ d'application, qu'il soit à destination du grand public ou des professionnels. Cette IA faible correspond en anglais à la Artificial Narrow Intelligence ou à l'acronyme ANI. Ces deux intelligences se distinguent également d'une troisième et dernière intelligence artificielle baptisée ASI pour Artificial Super Intelligence. Ce serait donc, pour schématiser, une Super Intelligence Artificielle, sans doute supérieure aux deux premières puisque disposant de capacités supérieures à l'être humain pour "raisonner".

L'ANI ou l'IA faible est en tout cas celle que nous côtoyons le plus souvent dans notre quotidien. Là encore pour schématiser, cette IA, à condition qu'elle soit suffisamment alimentée en données pendant son entraînement, serait donc capable de s'atteler à une et une seule tâche uniquement. C'est le cas par exemple dans la reconnaissance d'images, dans le traitement automatique du langage naturel, de DeepMind, victorieux d'un être humain au jeu de Go ou d'un traducteur automatique de langues comme ceux de Google et Deepl pour les exemples concrets. Expertes dans leur domaine, les ANI ne pourront s'écarter de leur champ de prédiction au risque de perdre toute leur efficacité.

L'AGI entre l'ANI et l'ASI en IA ?

L'ASI ou Artificial Super Intelligence serait quant à elle une Intelligence Artificielle qui disposerait d'une capacité de réflexion supérieure à l'être humain. Nous n'y sommes pas encore mais certains experts, comme l'ingénieur et futurologue américain Raymond Kurzweil, estiment que cela pourrait devenir une réalité en 2045. ASI et êtres humains, selon le scenario envisagé par le chercheur, seront alors obligés de coexister et, toujours selon ses dires, ASI et êtres humaines pourront même s'interconnecter via le cloud pour améliorer l'expérience globale de vie des seconds et l'exploration des aspects encore inexplorés de l'humanité. En somme, tout un programme...

Vers 2045, les machines dépasseront les capacités du cerveau humain, selon Ray Kurzweil. (DR)

Et l'AGI dans tout ça, me direz-vous ? Celle qui nous intéresse, l'AGI que Microsoft s'apprête à développer avec OpenAI grâce à un joli investissement d'un milliard de dollars ! Pour des chercheurs de la trempe de Raymond Kurzweil, elle ne serait finalement là que pour effectuer un court passage de témoin entre l'ANI et l'ASI. A contrario de l'ANI, une AGI serait capable de réaliser différentes activités avec succès et n'aurait pas besoin d'autant de données que sa devancière. Comme un être humain, elle bénéficierait de plusieurs sources d'informations pour s'entraîner et réussir les tâches auxquelles elle serait astreinte. Elle pourrait par exemple apprendre par mimétisme et observation des êtres humains, en communiquant avec eux ou en profitant bien sûr également de quelques données. Son champ d'action, comme sa façon d'apprendre, serait aussi plus large et ne se limiterait donc pas à un domaine d'expertise.

Microsoft et OpenAI pour une IA nouvelle génération ?

Voilà deux jours, Microsoft et OpenAI ont donc annoncé via communiqués de presse ce mariage de raison en vue du développement de l'AGI. De raison car les deux entreprises y trouveront assurément leur compte. D'abord OpenAI qui produit des technologies d'IA de plus en plus puissantes et qui nécessitent elles-mêmes des investissements massifs pour accroître la puissance de calcul. Avec un milliard de dollars, OpenAI devrait ainsi disposer de fonds largement suffisants pour poursuivre le développement d'applications innovantes de réseaux de neurones profonds.

MIcrosoft Azure devient la nouvelle plate-forme d'OpenAI pour l'IA

Quel intérêt toutefois pour le mastodonte américain Microsoft ? Il est double, voire triple. Bien sûr, il serait plus que naïf de penser qu'une société privée fasse du mécénat, surtout un GAFAM, à hauteur d'un milliards de dollars quand un pays comme la France n'investit que 1,5 milliards d'euros dans son plan de relance de l'Intelligence Artificielle pendant le quinquennat du président de la République Emmanuel Macron. Ainsi, Microsoft devient le fournisseur exclusif de cloud computing pour OpenAI. L'entreprise d'Elon Musk devra également porter ses services sur la plate-forme désormais bien connue Microsoft Azure. De quoi bien sûr profiter des toutes dernières avancées en matière d'Intelligence Artificielle sur sa plate-forme dédiée. Enfin, et ce n'est pas non plus le moins important, OpenAI concédera sous licence à son partenaire privilégié Microsoft certaines de ses technologies pré-AGI pour leur commercialisation. De quoi sans doute amortir l'investissement sur le long terme...

Les deux sociétés américaines sont en tout cas pleinement satisfaites de ce partenariat, OpenAI pouvant poursuivre le développement de ses technologies et Microsoft récoltant une partie des fruits de ses recherches. "L'intelligence artificielle est l'une des technologies les plus transformatrices de notre époque et a le potentiel d'aider à résoudre bon nombre des problèmes les plus urgents de notre monde", a d'ailleurs précisé Satya Nadella, CEO de Microsoft dans le communiqué de presse. Même son de cloche du côté de Sam Altman, le CEO d'OpenAI : "La création de l'AGI sera le développement technologique le plus important de l'histoire de l'humanité, avec le potentiel de façonner la trajectoire de l'humanité. Notre mission est de nous assurer que la technologie AGI profite à toute l'humanité, et nous travaillons avec Microsoft pour construire les fondations du supercalculateur sur lesquelles nous allons construire l'AGI. Nous pensons qu'il est crucial que l'AGI soit déployée de manière sûre et sécurisée et que ses avantages économiques soient largement diffusés. Nous sommes ravis de voir à quel point Microsoft partage cette vision." Au vu des répercussions attendues pour le géant de l'informatique, il aurait été étonnant qu'il ne la partage pas...


blog comments powered by Disqus